Nombre total de pages vues

jeudi 29 mars 2012

Le peigne ivoire

Il marchait sur la rue par ce matin frisquet
Dans sa poche arrière, un peigne couleur ivoire,
Pour unique bagage, une malle noire,
Cheveux blancs jaunis,sa vie se démarquait...

Dans ce quartier huppé,vite il déambulait.
Il n'était pas des leurs,n'allait pas à la foire,
Fini les longs discours où chacun fabulait
Souvenirs du temps où il se forçait à boire!

Depuis sur le chemin de la vie dépourvu,
Sans le sou, dans le froid,couchant dans les ruelles,
À coté des passants,dehors sans être vu!

Lui, l'homme d'affaires qui prenait le métro,
Se foutant de ces gens tendant leurs écuelles.
Du passé qu'un peigne,le reste était de trop!

2 commentaires:

Moun B. a dit...

Bonjour Mirabelle et merci pour cet hommage aux sans-abris et de rappeler que tout un chacun peut se retrouver un jour ou l'autre dans cette situation.

Bises

Mirabelle a dit...

Merci cher Moun de venir me commenter sur ce poème, il est important de le faire par écrit si on ne peut pas s'investir autrement!

Les sites que j'aime visiter

Archives du blogue